IFSLL apolitique : la liberté c’est bien.

Ce n’est pas un secret, la gare de la Rapée, via le collectif ABC, est désormais officiellement (depuis quelques semaines) soutenue par le parti communiste. C’est son droit. À l’inverse, IFSLL est apolitique. C’est son choix. Le cadre de vie, c’est l’affaire de tous. 

Une ligne claire et limpide :

  • Le stade Léo Lagrange, site à 60% classé ne doit pas être détruit. Et ce, quel que soit le prétexte : création de bibliothèque, centre commercial, logements, bureaux, héliport, parking, etc, ou même tout à la fois : non, pas question, on ne touche pas au stade. D’autant plus qu’il y a des quartiers plus urgents et passionnants à réhabiliter, à la fois du point de vue humain, environnemental, technique et financier. Un exemple ici 
  • IFSLL informe et interpelle. Rien d’autre.
Le stade Léo Lagrange n’appartient pas aux élus. Le stade Léo Lagrange appartient à tout le monde. C’est à dire à des milliers de personnes, qui en général n’ont pas le temps ou l’âge de comprendre ce qui se passe. Usagers et riverains qui le fréquentent assidûment ou même de temps en temps, de génération en génération. Entrée libre, pas besoin de carte. Ici le vivre ensemble, ça marche. Détruire le stade Léo Lagrange, outil d’intégration et d’épanouissement, serait un acte irresponsable et inhumain.

Mais pas de chance, justement, la mairie va détruire le stade Léo Lagrange : coïncidence, ignorance, incompétence ? Hélas non, ce serait trop simple. Tout porte à penser que nous, français, avons probablement été envahis par des extraterrestres dans un proche passé. (50, 60 ans) Les êtres auraient disséminé un virus dans l’atmosphère nationale (virus qui fonctionnerait à l’inverse du nuage de Tchernobyl et resterait sur le territoire). Aujourd’hui, nous serions au plus fort des effets de l’offensive de crétinisation. Comme le monde entier nous observe heure après heure, le remède pourrait consister à attendre de l’aide de l’extérieur en ouvrant les frontières. Bon, ça, c’est déjà fait, ça va. Mais l’attaque sur le stade Léo Lagrange, pour ne citer que ce qui concerne l’activité d’IFSLL, prouve que ça n’a servi a rien. Le problème persiste. Les questions sont : est-ce que les effets sont irréversibles (pour le stade, réponse oui), quelle apparence ont pris les extraterrestres, comment faire, et que fait la recherche ?
IFSLL, dans le quartier et avec ses petits moyens, tente de préserver ce qui reste d’avant l’offensive de crétinisation* : le stade Léo Lagrange. Hélas, les extraterrestres sont rusés. Heureusement, les adhérents d’IFSLL le sont aussi et en plus, courageux. Ils savent qu’ils sont amenés à rencontrer (ou pas) divers intervenants —parmi lesquels des extraterrestres infiltrés— compétents sur le problème du stade Léo Lagrange. Entendre divers sons de cloche. Car on ne peut pas comprendre le monde (et les extraterrestres) si on n’écoute qu’une partie du monde (et des extraterrestres). Associations de défense du patrimoine, techniciens de l’environnement : un stade à l’air libre ou enterré ? Des barres, des tours ou des bidonvilles neufs ? On voit bien que certains projets ne peuvent convenir qu’à des extraterrestres. Probablement de type insectoïde, en tout cas pas des dauphins.

Mais aussi, rencontrer des élus représentant différentes tendances, futurs remplaçants du team municipal actuel. Il est crucial de connaître leur point de vue au sujet du stade. Tous les avis méritent d’être entendus. On ne peut pas chercher à rassembler et en même temps exclure. Ça, c’était avant.

« Passant, souviens toi du stade Léo Lagrange »… « Si tu ne veux pas que ça t’arrive »… « À bon entendeur »… « Tu pouvais dire non »… « Léo Lagrange, cas d’école »… « Plus jamais ça »… « Maintenant, on fera attention »… Etc, etc, etc.

Une association a le droit de défendre et soutenir ce qu’elle veut, mais n’a pas à dire ce qu’une autre doit faire ou pas. IFSLL n’a pas de comptes à rendre même via un collectif à une association politisée. Si les actions de Valérie Montandon, qui s’intéresse à la destruction du stade Léo Lagrange, apparaissent sur le site d’IFSLL, c’est comme ça, n’en déplaise aux esprits chagrin. Avant 2015, Valérie Montandon, dès l’origine, s’opposait déjà au projet de destruction du stade Léo Lagrange. Le collectif ABC n’existait même pas.

La question** se pose désormais, dont chacun devine la réponse : à partir du moment ou le collectif ABC accueille une association clairement politisée, IFSLL statutairement apolitique et par respect pour ses adhérents mais aussi par idéal doit-elle se retirer et défendre seule le stade comme avant  ? Il faut bien reconnaître que pour l’instant, on continue de chercher ce que le collectif ABC a apporté de positif au stade Léo Lagrange. À part de dire avec qui on a le droit de parler et pourquoi, mais ça c’est négatif. Alors quand les passants troublés dans leur somnambulisme par un brouhaha, se disent : « Tiens ?! C’est quoi cette manif ?! IFSLL soutient la Gare de la Rapée ?! Ils feraient mieux de s’occuper de défendre leur stade, ces nigauds ! » il est temps de se poser des questions : à qui profite la confusion.

Sans politisation, l’environnement serait tellement plus défendable !
HpmS
VIce Président d’IFSLL
* Et Dieu sait qu’il ne reste pas grand chose
** Réponse bientôt.
Publicités

Un commentaire

entrez vos commentaires ci-dessous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s