Raison d’être, création d’IFSLL et organisation

 

Le 10 décembre 2014, au cours d’une anodine réunion d’information à la mairie PS du 12ème arrondissement de Paris, un auditoire stupéfait comprenait que le projet magnifique censé rapprocher Charenton-le-Pont de Bercy – c’est qu’on s’ennuie ferme, à Charenton-le-Pont– se transformait au dernier moment en simple opération immobilière nécessitant la destruction du stade Léo Lagrange.

Les mots subtils évoquaient plutôt un déplacement d’une cinquantaine de mètres du terrain de foot pour bâtir à sa place  une immense barre le long du boulevard Poniatowski. Un projet soudain gauchement justifié par la nécessité d’une mise en conformité soudaine des installations soudainement archaïques. « on met en conformité les installations, du coup on en profite pour vous construire une barre« . Un ou deux plans simples mais précis dotés de jolies couleurs gaies permettaient de juger du caractère inoffensif et béat du projet. Les phrases bêtes vides de sens propres au langage architectural encornichonnées d’expressions du langage de bois municipal des décideurs endormaient avec succès la méfiance du plus grand nombre, mais pour les plus attentifs donnaient toute leur saveur aux images démentes : on était en pleine réalité cauchemardesque.
À la sortie, il y avait ceux qui expliquaient qu' »il est urgent d’observer, et qu’en plus rien ne presse« – véridique– , et ceux qui manifestaient un digne mécontentement. Ni des uns ni des autres on n’a entendu parler depuis sauf pour apprendre leur déménagement soudain ! Et il y avait ceux qui sont rentrés chez eux en courant  pour vomir. Quelques semaines après et quelques kilos en moins, le temps de soigner jaunisse, gastro, assaut d’eczéma et dépression fulgurante, ils restaient les seuls décidés à réagir et à s’organiser. « OK, la municipalité à pris les gens par surprise, eh bien on va la surprendre en dénonçant ses méthodes. » (lire « itinéraire d’un projet caché »)

Quelques mois après, le 08 août 2015, est parue l’annonce au journal officiel de la création de l’association IFSLL (Il Faut Sauver Léo Lagrange). Un objectif simple : s’opposer au démantèlement du Centre Sportif Léo Lagrange par tous les moyens légaux autorisés. Trouver le financement pour missionner un avocat afin qu’il dépose recours devant le tribunal administratif. Proposer des solutions alternatives. C’était le début d’une incroyable série de catastrophes en cascade, de traîtrises, d’abandons, de manipulations et de rebondissements. (lire « Historique des débuts« )

L’association IFSLL a survécu, blessée mais forte de ses adhérents, et s’est organisée. Bureau, C.A., A.G… Le temps court. La municipalité suit inexorablement son calendrier pour démanteler le stade Léo Lagrange. IFSLL suit son objectif : comprendre, démonter le mécanisme de destruction et le faire connaître.
Le destin du Centre sportif Léo Lagrange servira d’exemple, et plus personne ne doit se laisse surprendre de cette façon. Très récemment, des stades et espaces verts ont déjà été détruits dans Paris, mal ou faussement protégés par des associations (peut-être) plus soucieuses de ne pas déplaire que de se défendre.
Pour IFSLL, pas de sentiment : l’échéance fatale a la couleur jaune des grues, des bulldozer et des niveleuses. L’association continuera à se battre quoi qu’il arrive. Pour la municipalité, le mot échéance, s’il n’a pas la même signification, n’en a pas moins d’importance. Au contraire.

Statuts d’IFSLL 

Retour

 

 

Publicités