Very bad Erratum

Double langage

Quand on entend « c’est pour votre bien », on sait d’avance que ça va déplaire. Quand on entend « les gens sont d’accord », on se demande : tous ? Et quand on lit son erratum, on comprend que la mairie pouvait faire autrement que détruire le stade Léo Lagrange. (Projet Quartier Erratum ici)

Enquête publique = documentation = le poisson noyé
Effectivement, le document diffusé lors de l’enquête publique du 15 novembre au 15 décembre 2016 apportait son lot d’heures sup’ (pour ceux qui travaillent pendant le boulot). J’avais quant à moi commencé à décortiquer chaque phrase, chaque assemblage de mots, pour en dévoiler la dangerosité. Un peu comme une ombre au sol peut en apprendre plus que la silhouette inoffensive qui se dessine à contre jour.
Mais là, l’entreprise était titanesque, et chaque page étudiée en générait cinq. (un phénomène bien connu dans l’administration). En fait, que du normal. Faire la part entre les simples erreurs de syntaxe et les approximations délibérées. Expliquer à quel point certains mots ou phrases anodins, bêtas, vides de sens (et Dieu sait que les documents en sont structurés), sont pernicieux… Chacun y loge un possible qui le rassure pour repousser celui qu’il redoute aux calendes grecques. Comme s’il pensait ne jamais être physiquement confronté à la réalité. Ou comme s’il préférait laisser aux enfants le soin de régler les problèmes.

Destruction du stade Léo Lagrange : quand on lit en diagonale, ça passe. Mais quand on fait attention, ça reste en travers. Bizarre, non ?
Les gens n’ont en général pas la volonté de consacrer du temps à comprendre parce qu’ils savent que cela les amènera à agir, donc à se positionner : le cauchemar. Laissons ça aux enfants. Ensuite ils font mine de s’étonner de voir beaucoup de grues et de bulldozers. Juste pour voir comment ils vont s’expliquer, on leur dit : « vous aviez tout sous les yeux mais il fallait regarder, et parfois lire. » « Oui, mais lire, c’est dur ! »(=ça prend du temps). « Il fallait regarder les plans, alors. » « Oui mais les plans… »

Justement, les plans : la mairie confirme, elle pouvait faire autrement
Pendant ce temps là, la mairie avançait dans son projet machiavelesque à grandes enjambées de calendrier respecté. Le temps passe vite. Le troupeau bêlait vaguement à l’appell ne bêlait même plus, et s’appliquait à bien regarder ailleurs (mais comment font-ils ?). Deuxième enquête publique, « blah blah. plus personne n’y croit ! » (souviens toi des berges de la Seine)… Et puis cet ERRATUM, en troisième page du document municipal officiel. De quoi se tordre de rire, si le sujet n’était pas aussi grave. 
On pouvait épargner le stade Léo Lagrange et réhabiliter tout un quartier, mais on préfère détruire le stade et laisser le quartier tel quel.

Comprenne qui pourra.

Il y a toujours une meilleure solution !

Ah, c’est ça le projet ? Oh ! ils vont raser le stade Léo Lagrange, pourtant site classé ! Il n’y avait pas d’autres solution ?

Erratum ! Erratum !

Tiens ! Un erratum ! Pour un document de 12 pages, ils font très fort ! Voyons voir…

Incroyable aveu involontaire de la municipalité

Où l’on comprend avec stupéfaction que la mairie avait bien localisé un emplacement idéal pour construire des logements sans détruire le stade Léo Lagrange.

On réhabilite un quartier ou on détruit un stade ?

Vérification de la première page. Force est de constater que la mairie a vraiment indiqué elle même l’emplacement idéal pour construire un quartier nouveau sans détruire le stade ! Un lapsus terrifiant, quand on voit que les solutions sont délimitées, connues, mais que la mairie préfère celle qui détruit. Ce document restera dans l’histoire.

« Allez, comme on a le choix,
on va détruire le stade et on va pas réhabiliter le quartier,
comme ça on verra bien où nous mènera cette stratégie. »

Oui, on verra bien. En attendant, IFSLL remercie la mairie du 12ème arrondissement de Paris pour son apport précieux au dossier téléchargeable ici.

Un apport qui nous permet aussitôt d’émettre une proposition raisonnable pour un consensus, qui ravira aussi bien les élus que les habitants du quartier réhabilité et les usagers du stade Léo Lagrange épargné. Un tel quartier rayonnera rapidement à l’international, ce qui sera bénéfique pour l’industrie touristique, et qui s’en plaindra ?

Voilà un quartier qui se prêtera bien à une petite retouche

En effet ce site gagnera à être optimisé. Que de place perdue !

Voilà un quartier qui n’attendait que sa retouche. Augmenter les hauteurs, simplifier les formes, libérer l’esprit, vider les portefeuilles de façon désintéressée et avec générosité. Des formes avec lesquelles le soleil pourra s’amuser, et les nuages aussi. À noter la corniche panoramique ferroviaire (Vietato sporgersi). Bureaux à l’ouest, appartements à l’est, commerces en bas. Un projet humble mais chouette. Alors ? Elle est pas belle la vie ? C’est les habitants du quartier qui vont être contents.

Un projet chouette. Alors ? Elle est pas belle la vie ? C'est les habitants du quartier qui vont être contents.

Une légère modification architecturale pour réanimer un quartier qui se meurt dans l’oubli. Des formes généreuses, agréables, pour un projet respectueux du portefeuille des contribuables. IFSLL espère que la mairie sera d’accord et qu’elle va lâcher le stade une bonne fois pour toutes.

HpmS
Vice-président IFSLL

Retour accueil

Prochain(ement) article : La défense de l’environnement est-elle prise en otage par les élus ? L’adhésion à leur philosophie doit-elle conditionner la réussite ou l’échec d’un combat environnemental ? Si la défense de l’environnement n’était pas captée à des fins électorales, est-ce que les défenseurs de l’environnement seraient plus nombreux ? vous avez pensé oui, non, oui, Big Brother le sait. Attention toi, oui toi là, et toi, et toi aussi là qui se cache derrière le petit à moustache, oui et d’ailleurs toi aussi le petit à moustache, et toi et… Oui, vous aussi Madame, et toi et toi et toi là-bas qui regarde ailleurs, et vous tous, là, et vous les enfants avec vos questions embarassantes. Vous n’avez pas peur du grand méchant loup qui se moque de tout et de ses projets complètement fous ? Pardon, vous pouvez répéter un peu plus fort, au fond de la salle, on ne vous entend pas… Quoi? « l’environnement c’est l’affaire de tous ? » Mais, c’est de la… Et… Mais, c’est quoi ça ? Une carte d’électeur déchirée ? Kiha ozé ? Allez ! faites voir vos cartes d’électeur ! Tous !
Pour la préparation de ce sujet (en ligne prochainement, onglet dissection), les commentaires sont exceptionnellement ouverts ici même.

Retour accueil

Publicités

Drame : Le destin de Léola

« Le destin de Léola », blockbuster* municipal, navet

Scénario zéro, intentions cousues du fil blanc, architecture bidon(ville). Résultat : éjection imminente.

un synopsis bête de A à Z
Au début, Charenton-le-Pont esseulée veut se rapprocher de Bercy la Belle, quoique un peu plus âgée, plus complice que rebelle, dans le désir soudain d’un rapprochement pressant que rien ne justifie. Un dernier coup de Lang, peut-être. Mais Bercy la belle traîne et renâcle, se cambre et se durcit, alors « on » invite par surprise la jeune, belle et simple Léola Grange et sa petite amie (oui et alors ?) Laav Hygeri (pas baptisée) dans la ronde folle. Bercy s’échappe d’un coup de sabots vernis et Charenton disparaît traîtreusement on ne sait trop comment, comme un pet dans l’air du temps. Hydral Gogre, jusqu’alors déguisé(e) en gentil(le) mais qui ne trompe que Donald, s’empare soudain des deux jeunes nigaudes bien incapables de se défendre afin, persuadé(e) que personne ne remarquera rien, d’en abuser plus qu’assez.

Une logique à deux sous
Dès le début on comprend que la destruction du stade Léo Lagrange peut largement être évitée, tout en créant le nombre d’appartements prévus. Par exemple il suffit d’ajouter un ou deux étages à chacun des immeubles prévus du coté OUEST de la saignée ferroviaire.  Et le mauvais film n’a plus de raison d’être. Plus de raison ? à voir… Ah ! Ah ! Ah !

Une fin qui-en-dit-long et de surcroît, prévisible 
Tout n’était qu’enfumage. Finalement on apprendra que « le budget ne permet pas la réalisation du fabuleux projet « . Les figurants qui faisaient beaucoup de bruit mais rien d’efficace et pour cause, rentreront se coucher en oubliant de se faire payer(!), satisfaits qu’on les laisse tranquille et c’était leur seul but, et on se rabattra sur le massacre de Léola à la tronçonneuse, que l’atroce Hydral Gogre aura eu tout loisir de peaufiner puisque c’était sur cette idée de final que le projet avait été validé dès le début. Même cette dernière scène, quoique juteuse, manque de classe, minable, sans surprise.

* Blockbuster (en anglais, littéralement, « qui fait exploser le quartier »)

H. P. M. S.
Vice-président IFSLL

Dernière minute : nous apprenons que suite aux menaces d’un public las de voir ses impôts financer des navets, la fin sera ré-étudiée et le scénario remis à plat très bientôt, avec une nouvelle équipe de tournage, à partir de 2017. Ci-dessous à gauche, la fin imaginée par les mauvais scénaristes. À droite, la bonne fin exigée par le gentil public intelligent.

happy end

à gauche, image de fin du mauvais scénario où les gentils perdent (les gentils ne gagnent pas toujours mais ne perdent jamais sans se défendre) à droite, Happy end : image de fin du bon scénario ou les gentils gagnent à la fin. Les gentils finissent toujours par gagner (au deuxième tour) et les méchants sont toujours punis.

Retour accueil

IFSLL espère que vous aurez passé quelques minutes différentes avec ce DCDD2FF2017
(Demi Canular du Dimanche de Fin Février 2017)

Un arbre que les mouflons*
n’auront pas vu partir

Ce 15 février le ciel était bleuâtre mais ce qui gênait n’était pas la pollution atmosphérique pourtant pénible. Ce qui gênait, c’était un hurlement de tronçonneuses, toujours synonyme dans cette ville ruinée d’exaction justifiée urgente et nécessaire… Ni le grondement du périphérique proche ni les braillements des footballeurs sur le stade ne parvenaient à couvrir la plainte lugubre. Et la brume n’était pas suffisamment dense pour masquer quoi que ce soit.

En général quand ça arrive, on cherche toujours à repérer où il y a foule, pour localiser le drame. Mais là, rien. Pas de cris, pas de pancartes. Pas un rat. Les mouflons autoproclamés défenseurs des arbres qui s’affichent ici et là le soir dans des réunions citoyennes inefficaces (en tout cas dans ce coin de planète) devaient être en train de brouter ailleurs. Il ne restait plus qu’à chercher dans le décor des cimes d’arbres qui s’agitent. Le malheureux était là à deux cents mètres à vol d’oiseau, en train de se faire assassiner dans l’indifférence absolue. Les mouflons avaient pris la fuite. Le reste en photos se passe de commentaires.

attention les enfants scène difficilement soutenable

Un arbre se débattait, mais on ne le voyait pas, car deux de ses frères, plus grands mais impuissants, dissimulaient bien malgré eux les bourreaux et leur équipement macabre ultra perfectionné.

massacre dans la forêt

Derrière le sapin une nacelle, des casques. Une branche se tend vers le grand arbre à gauche, le frère de même espèce, qui ne peut rien faire. Que faire contre les lieutenants du diable ? Après tout il font leur boulot, on a choisi, on a ce qu’on mérite. Ceux qui viendront après ou leurs remplaçants se débrouilleront avec ce qui restera, dans un champ d’immeubles taudis à deux sous. Le diable mène la politique de la terre brûlée. Logique.

Profitez bien les loups, vous allez vous faire jeter par les générations futures incorruptibles qui vont prendre les choses en main.

On voit qu’ils s’acharnent sur une grosse branche. Après ils attaqueront le tronc. Quel courage. Car l’arbre est dangereux, il risque de se défendre, comme dans le film « le seigneur des anneaux », où les méchants se font sévèrement corriger. (du coup n’hésitez pas vous non plus à regarder à nouveau cette séquence qui fait tellement de bien)

Si les jeunes comprenaient ce que les vieux font ! mais les jeunes se prennent en selfie !

Lendemain de carnage. Qui remarquera la disparition d’un arbre ? Un arbre ici, un arbre là. D’abord les plus beaux, par surprise. Ensuite les plus vieux, par précaution. Il y a ici 375 arbres menacés. Ils sont protégés par qui ? Pas par ceux qui prétendent les défendre en tout cas. Mais, et les jeunes ? Si les jeunes comprenaient ce que les vieux font ! Mais les jeunes se prennent en selfie !

  • mouflons : ovins sauvages (ils bêlent au loin et claquent des cornes mais s’enfuient à l’approche de la marmotte) cornus ruminants dont dérive le mouton domestique. Ne pas confondre avec bouffon (Humain civilisé comique et courageux)

Accueil

Donald Trump voit plus grand
que Catherine Baratti-Elbaz.

Inspiré par la réussite du projet de la municipalité du 12ème de Paris, Donald Trump révise son projet à la hausse.

Trump Vs Baratti-Elbaz

Donald Trum révise son projet à la hausse.

IFSLL vous avait expliqué comment tout avait déjà mal commencé. Souvenez-vous.

 

retour accueil

Léo Lagrange site classé !

L’arguments décisif pour sauver le stade Léo Lagrange.

Le stade Léo Lagrange est classé à 60%. Il faut terminer le travail. Tout le monde dit que « non, ça ne sert à rien, la mairie s’en fiche, de cet argument ! ». Donc, on est sur la bonne voie.

Lire ici

télécharger dossier (1,12 Mo)

protéger ou détruire

La mairie du 12ème a le choix entre classer le stade Léo Lagrange ou le détruire. IFSLL dit pourquoi il faut préserver le stade

 

Dans le même esprit…

La mairie a sorti de son chapeau l’inclusion – dans le projet de départ – du secteur Léo Lagrange qui n’était pas concerné à l’origine !!! 275 arbres vénérables qui oxygènent ce quartier – qui en a tant besoin – seraient condamnés ! Remplacés, peut-être comptablement ? mais par des ersatz minuscules incapables de jouer un rôle de poumon vert avant des décennies !!! Mais la moindre objection, dès que l’alibi des logements sociaux est brandi, nous fait immédiatement passer pour d’affreux réactionnaires ?!
Alors que toutes les solutions alternatives plus humaines que nous avons proposées, ont été balayées d’un revers de main méprisant par la Mairie ! Alors SVP, CONTINUEZ À SIGNER ET FAIRE SIGNER LA PÉTITION POUR LA SAUVEGARDE DE L’ESPACE LÉO LAGRANGE ! Merci d’avance… pétition sur Change.org /Léo Lagrange
Nous avons tous besoin les uns des autres pour éviter ce massacre programmé par pur calcul électoraliste !!!

Carole Mauquo,
Présidente IFSLL

18 Janvier 2017 Conseil d’arrondissement : Valérie Montandon dépose ses vœux à la mairie du 12ème.

Ce soir, Valérie Montandon* défend la cause du stade Léo Lagrange, au cours du Conseil d’Arrondissement, face à la Maire du 12ème arrondissemnt, C. Baratti-Elbaz. 

stade-leo-lagrange-site-classe

projet d’affiche : IFSLL souhaite que le stade Léo Lagrange et les installation Cardinal Lavigerie passent en site classé, pour le respect de la population, des arbres, et des impôts.

Lecture des vœux pour la préservation du stade Léo Lagrange : si vous ne pouvez être présent dès 19H, il faut que nous soyons nombreux à la soutenir, à partir de 20H10 – heure approximative où sera abordé ce point de l’ordre du jour.

Venez nombreux !!!

* Valérie Montandon est Conseillère de Paris (XIIe), Conseillère régionale Ile-de-France, Vice-Présidente du Groupe les Républicains au Conseil de Paris et au Conseil régional, Candidate aux législatives 8eme circonscription de Paris, Chef d’entreprise

 


Première action du collectif ABC

IFSLL était présente pour cette première action. Dans l’attente du résumé de la présidente d’IFSLL, vous pouvez prendre connaissance d’une vidéo de l’événement sur le site de l’association Netter-Debergue, elle aussi du collectif.

PREMIÈRE ACTION DU COLLECTIF ABC !

La mairie du 12ème sur le point de commettre une erreur historique fondamentale décisive irréversible

Site classé… ou détruit !!!

Tout comme après une grande marée la mer se retire à l’infini pour nous offrir quelques délicieux crabes et Bernard l’Hermite à condition de faire l’effort de se baisser, l’enquête publique de fin d’année 2016 nous a fait don de nombreux documents, tous plus intéressants les uns que les autres. Mais plutôt que choisir entre persillade de Saint-Jacques sauce huître et confit d’ormeaux aux salicornes, c’est à la recette que s’intéresse IFSLL. À savoir, comment la mairie s’y est prise pour nous servir la destruction du centre sportif Léo Lagrange. 

« 09ev_e-plan_des_hauteurs_a_imprimer_a2.pdf« .
Tel est le nom de téléchargement d’un document sur le site de la mairie du 12ème arrondissement. Il concerne les hauteurs des bâtiments dans la capitale (PLU du 6 et 7 février 2012). Pour le secteur Léo Lagrange, on est à 31 mètres. Sauf que le PLU est/va être modifié. On passera donc à 37 mètres. Avec le dénivelé entre l’EST et l’OUEST du stade Léo Lagrange, la mairie se verra malheureusement contrainte à l’édification d’une esplanade, provoquant un dépassement de hauteur visuel, et visuel seulement. On peut donc s’attendre au pire. Et encore, on ne parle que de hauteur. Mais on est déjà dans le gigantesque.

PLU sacré.

Quartier Léo Lagrange, hauteur 31 mètres. Bientôt 37, après modification du PLU. Avec l’esplanade pour compenser le dénivelé, ça fait peur.

 

« 09ev_c-mixite_sociale_et_protection_du_commerce_s-e_a_imprimer_a2_0.pdf » 4 969 Ko
Ce fichier nous apprend que le stade Léo Lagrange est une zone de déficit en logement social. Tout comme le lycée Paul Valéry. Il est vrai que sur le premier on ne trouve que des équipements sportifs, alors que le second se compromet dans les équipements scolaires ! Quant aux installations sportives de la place du Cardinal La Vigerie, elles sont passées au travers, mais cela n’en fait pas pour autant des bienheureuses. Ce plan a été approuvé les 4, 5, 6 juillet 2016.

La carte mystère de la mixité sociale et protection du commerce et de l'artisanat

Un stade (ou un lycée) en déficit de logement social… Si on demandait à voir la « carte de la mixité sociale et du vivre ensemble » sur le stade ou le lycée, on verrait que le stade et le lycée sont à 100%, et que ça fonctionne admirablement. On comprendrait que vouloir détruire le stade est stupide. Et on abandonnerait le projet sur le champ. Donc, où est cette carte ? Qui l’a cachée et comment se fait-il que personne ne l’ait demandée ? à noter que les équipements sportifs au niveau de la place du cardinal La Vigerie, eux, ne sont pas déficitaires en logement social. Bizarre autant qu’étrange.

 

«  10_m_c-mixite_sociale_et_protection_du_commerce_s-e_a_imprimer_a2_0.pdf » 4 992 Ko
Vient ensuite cette proposition de modification. On s’aperçoit que le stade a perdu du rose. Calcul forcé ou signe prémonitoire du résultat final ?

Soudain Le stade n'est plus "tout en rose"

La proposition de mise en compatibilité resserre le projet à l’essentiel. « Finalement, c’est juste là où on veut construire les barres qu’on est en zone de déficit de logement social. Le reste, ça va ! »… Et pour cause ! Nous verrons précisément cela dans les infographies concernant les sites classés…

 

« 10_m_d-sectorisation_vegetale_de_la_zone_ug_a_imprimer_a2_1 ».
Avant de passer à l’affaire des sites classés, IFSLL se doit d’attirer l’attention sur l’importance que revêtent les apparences, en particulier par l’utilisation de la couleur. Si vous avez l’intention de détruire un site ou de construire une mocheté, utilisez les couleurs du soleil et de la nature. Le lecteur sera persuadé que vous allez créer un espace vert et ne regardera même pas le nom du projet.
Pour réaliser ses projets, la mairie se voit contrainte de mettre en compatibilité la Zone UG (Zone Urbaine Générale) avec la déclaration de projet secteur Bercy-Charenton. L’emplacement des barres construites le long du boulevard Poniatowski, à la place du terrain de football et des terrains de basket, est colorisé en vert foncé. Or selon la légende, vert foncé signifie : secteur de mise en valeur du végétal. C’est quoi la logique ? Là où on veut construire des barres, on fait une proposition pour passer en « secteur de mise en valeur du végétal ».
« secteur de mise en valeur du végétal » : Celui qui lit en diagonale s’attend à ce qu’un « projet de mise en en valeur du végétal » ait pour objectif la sanctuarisation d’un site, le passage de l’ensemble du stade en site classé. Mais non. Là, c’est l’inverse, c’est pour le détruire.

Si je veux bétonner ma pelouse, je demande de mettre en valeur le végétal.

Là où les barres vont être construites sur le stade, le périmètre doit d’abord passer en « secteur de mise en valeur du végétal ». Quand on veut casser quelque chose, on dit qu’on l’améliore. Quand on a un problème, on dit que c’est une chance. ça vous fait penser à quoi ?


L’affaire des sites classés

Hauteur, surface, méthode… Il était nécessaire d’étudier ces documents que la mairie doit faire modifier pour réaliser son projet injuste, environnementalement et sociétalement mortifère pour le SUD-EST de Paris : la destruction du Centre sportif Léo Lagrange et son annexe, La Vigerie. Zone UGSU, Zone UV, Zone UG, et PLU en particulier, ont pour fonction de protéger les sites du massacre urbanistique liés à l’incompétence. Si cela reste un peu abscons pour la majorité d’entre nous, la carte du patrimoine est la clé qui aide à comprendre que la mairie du 12ème arrondissement de Paris est sur le point de commettre une erreur historique fondamentale décisive et irréversible ! IFSLL vous emmène à la découverte de cette mystérieuse carte du patrimoine culturel, et surtout naturel, des options sauvagement ignorées par la mairie de Paris, pour finir par une proposition qui force à admettre que la destruction du stade Léo Lagrange n’a jamais eu aucun lien avec le prétexte de départ, qui était rapprocher Charenton-le-Pont de Bercy. Une pure manipulation.

 

Les lecteurs commencent à connaître le stade Léo Lagrange. Liaison entre Paris et le bois de Vincennes, un passé historique, des arbres remarquables, une biodiversité forte (dont une espèce rare), un équilibre entre nature et équipements, de nombreux utilisateurs, scolaires, associatifs, amateurs, de tout âge et de toute provenance, 12ème, 13ème, Charenton-le-Pont. Il a la particularité de faciliter l’évacuation des masses d’aire polluées et de permettre le maintien des températures des arrondissements du Centre de Paris. Pour faiblesse un sous-sol fragile : proximité d’anciennes carrières, vestiges des fortifications, Fort dénivelé EST-OUEST. Le métro passe très près du bord du stade. En résumé le stade Léo Lagrange remplit sa fonction à merveille. Il témoigne d’une efficacité perdue à notre époque et c’est probablement son grand tort.

Témoin d'une époque.

Extrait du document « annexe_1a_etude_patrimoine_grahal_rapport_1-21_reduit_0.pdf » disponible sur le site de la mairie de Paris

Le stade, magnifique jusque dans son plan

Il ne faut pas s’étonner si le stade Léo Lagrange est une réussite qui traverse les époques : équilibre, raison, humilité. Ce plan date des années 60 mais le stade a été pensé en 1920 et construit en 1930. Par définition, tout ce qu’on n’aime plus.

Respecter l'histoire, c'est respecter le futur.

un ensemble historique à respecter. Construire des bâtiments et détruire le Stade Léo Lagrange tout comme la gare de la Rapée serait une erreur historique fondamentale décisive. Seule l’ignorance pourrait expliquer un tel drame, or nous sommes dans un pays civilisé.

12_g3_carte_patrimoine.pdf 32 348 Ko

Sites classés, monuments, patrimoine

Sur cette vue de Paris, en jaune, les sites classés. Les deux grosses zones sont le bois de Vincennes et le bois de Boulogne.

La corne OUEST du Bois de Vincennens est en contact avec la capitale.

Voici l’extrémité OUEST du Bois de Vincennes.C’est le seul endroit où la nature est en contact avec la capitale. La plus grande surface classée proche est le muséum d’histoire naturelle et son jardin des plantes. On en profite pour noter que le Lac Daumesnil est en site classé. Il n’y a donc pas lieu de le détériorer. On remarque également que le stade est bien la transition naturelle entre la ville et le bois.

La seule richesse du quartier, après la suppression (le vol) du marché sur le boulevard, la fermeture des petites et moyennes librairies, petits commerces de proximité, restos, services (boites postales, etc.)

Ce quartier du 12ème est étouffé, directement encadré à l’OUEST par le réseau ferré SNCF plus large que la seine, le gigantesque échangeur autoroutier, au SUD par le périphérique et le boulevard Poniatowski, sans oublier la petite ceinture. La pelouse de Reuilly est interdite d’accès. La seule respiration dans tous les sens du terme provient du Centre Sportif Léo Lagrange, qui, en plus d’évacuer les masses d’air pollué (incinérateur d’Ivry proche, cimenterie, pollution par la circulation et ventilation des masses d’air chaud en provenance du centre de Paris), joue son rôle d’espace sportif, de détente et en même temps est le lien direct, l’échappatoire vers le bois de Vincennes.

Le stade Léo Lagrange est à 40% en site classé ! Et Lavigerie aussi !

Oui, SURPRISE ! Regardez ! la zone jaune (voir légende : jaune = site classé !) la moitié du stade Léo Lagrange est classée ! Ah ! Ah ! Voilà pourquoi les barres sont prévues coté Boulevard poniatowski. Souvenez vous des documents de proposition de modification des zones ! IL NE FAUT PAS TOUCHER A CETTE ZONE.

La mairie du 12ème veut détruire les 40% du stade Léo Lagrange qui ne sont pas classés !

Quand on ajoute le bâtiment d’accueil du stade Léo Lagrange, qui remonte aux années (30, de mémoire?) et qui est bon gré mal gré inscrit dans notre code génétique, pardon, patrimoine historique, alors c’est 60% de la surface du stade qui est classée !

Pour la première fois depuis... des générations, le bois de Vincennes va reculer, rongé par des bâtiments dont la laideur n'a d'égale que ceux qui les ont imaginés. Honte à ce projet qui méprise le peuple. Gens honnêtes, réveillez-vous !

Alors oui, quand on place le projet de la mairie sur la carte du patrimoine naturel et sites classés, alors oui, on peut dire qu’on est face au projet le plus éhonté et le plus subtil, le mieux masqué des dernières décennies, car il s’agit d’une destruction directe et historique de la géographie et de l’histoire de la capitale.

à partir de cette nouvelle zone classée, le futur restera ouvert

L’association IFSLL propose que la mairie, après référendum, étende les 40% restant non protégés du stade Léo Lagrange et La Vigerie en Site Classé. Enfin on n’en parlera plus et on pourra être sûrs que ce quartier sera définitivement protégé et restera le témoin historique qu’à un moment, le bois de Vincennes touchait Paris.

Quand on veut, on peut, surtout quand cela ne coûte rien d'autre que de faire fonctionner un peu quelques neurones.

Voilà à quoi devrait ressembler le résultat d’un travail sérieux d’élus responsables et respectueux des valeurs qu’ils affichent et clament à tous les vents. Le contraire (recul de la surface classée) serait la preuve du déni des valeurs sur lesquels on les a désignés, et la démonstration éclatante que la volonté d’effacer des pans entiers de l’histoire va plus loin chez certains que le simple rêve, et qu’on est bien à l’époque du passage à l’acte.

Pour les tours, demander conseil à Donald.

IFSLL propose déjà comme préalable la couverture partielle de la saignée ferroviaire. Cet effort financier considérable est d’ores et déjà modéré (recettes en atténuation de dépenses) par l’économie réalisée par la non destruction du stade Léo Lagrange et son inclusion complète et définitive dans la Carte du Patrimoine naturel et Sites classés . De son coté la riche commune de Charenton-le-Pont aura toute latitude pour contribuer généreusement au projet qui l’intéresse. Après tout c’est elle qui a exprimé le désir de se rapprocher de Bercy. IFSLL propose pour sa part une visualisation généreuse de ce rapprochement. Les îlots de bâtiments, non représentés sur cette vue, s’ils sont intelligents (donc si le projet est si bien pensé que la population accepte) deviennent moins utopiques. On est dans le réel, dans la réalisation du projet. Charenton-le-Pont devient plus proche de Bercy. Comme quoi détruire le stade Léo Lagrange relève d’une autre volonté que désenclaver Charenton/Bercy

Infographies Hubert Szymczak,
Vice-président d’IFSLL

Retour accueil


Mais ça, on n’en veut pas.

À un moment donné, il n’est plus possible de rester dans le flou. La réalité du projet, même atténuée par les transparences des vues architectes, est détestable.

à un moment donné, il n'est plus possible de mentir

à gauche, les blocs d’immeubles monteront en réalité plus haut que l' »immeuble aux balcons » (9 étages) sur la droite. On peut donc dire que même cette vue est trompeuse. Au loin, les jolies tours qui sont presque plus larges que hautes. Un bel avenir qu’on nous imagine là. Cet avenir, on n’en veut pas.

Retour accueil

Si c’est le grand Paris

Prétexte Grand Paris ?

Dans la bouche des artisans du projet de la municipalité (souvenez vous de la réunion du 30 novembre 2016) on entend souvent « Grand Paris ». Problème.

Le grand Paris a pour objectif de dé-saturer Paris, en répartissant sur l’Île-de-France des sites d’emploi et de logements, le tout desservi par un réseau de transport cohérent, Arc Express.
Miracle, cela est intelligent !
Sauf que… Le projet concernant la zone Léo Lagrange : construire des logements sociaux et entasser des sallescellules de sport les unes sur les autres, consiste à sur-densifier à l’extrême un quartier déjà saturé et à détruire un stade qui devrait au contraire devenir site historique classé. Là, on tourne le dos au projet Grand Paris. Et en plus, ce qui sera détruit sera détruit pour toujours. On est à l’opposé de ce que souhaite la population.

« Pardon ? Ah, le projet de destruction du stade n’entre pas dans le cadre du Grand Paris ? »

Alors c’est encore pire ! Pendant des années on dépense l’argent du contribuable à lui promettre un futur viable et enchanteur, et au dernier moment on fait exactement le contraire. « Mais non, on va le faire, le Grand Paris, mais plus tard (pas nous). Nous on va juste vous détruire le stade Léo Lagrange, la gare de la Rapée, on va vous planter des tours ratatinées, on va vous pourrir le lac Daumesnilon va tout vous péter, juste pour le souvenir, juste avant de se faire jeter. » Somme toute il y a une cohérence dans le projet de la municipalité.

S’il vous plaît, arrêtez tout, tout de suite !

HpmS

Conséquences du projet Bercy-Charenton sur le secteur Léo Lagrange

sorti du brouillard, le projet de démantèlement du stade Léo Lagrange apparaît comme monstrueux.

2017 : le projet de destruction du stade Léo Lagrange commence à inquiéter en haut lieu.

Il y a d’abord l’éloignement des dates, et son brouillard sur la communication. Vient ensuite le moment où le projet municipal apparaît tout proche, menaçant dans toute sa démence. Ce n’était pas un cauchemar, il faut se défendre !
L’acharnement à détruire le centre sportif Léo Lagrange laisse augurer du pire pour le 12ème arrondissement et une capitale déjà sinistrée. Le drame du stade Léo Lagrange commence à inquiéter. Il donne à réfléchir et servira d’exemple. Ce premier débat à l’aube de 2017 le prouve.
L’association IFSLL sera représentée au débat, pour défendre le quartier, les utilisateurs, les arbres, la biodiversité, proposer des solutions respectueuses de la qualité de vie minimum à laquelle chacun a droit.

Rien n’est joué.

HPMS
Vice-Président d’IFSLL